Crédit d’impôt sur l’isolation des parois vitrées

fenêtres

Entrée en vigueur au début du mois de septembre 2014, le nouveau crédit d’impôt est attribué aux particuliers engageant des travaux d’isolation thermique. Parmi les bouquets de travaux ouvrant droits au crédit d’impôt, l’isolation des parois vitrées peut être financée par l’Etat.

Financer l’acquisition de matériaux et la pose

Mis en place dernièrement, le crédit d’impôt permet aux particuliers de réduire vos impôts sur le revenu grâce aux dépenses liées à des travaux d’isolation thermique et d’économie d’énergie. Appliqué à un taux fixe de 30 %, le nouveau crédit d’impôt couvre au moins deux travaux de type isolation des parois vitrées ou l’isolation des parois opaques d’une habitation. L’État couvre notamment l’acquisition des matériaux l’acquisition de portes-fenêtres et de fenêtres, de fenêtres en toiture, de doubles fenêtres soit la pose d’une deuxième fenêtre à double vitrage renforcé entre autres, répondant aux critères techniques de performance règlementaires.

Les critères techniques exigés

Pour être éligibles au crédit d’impôt développement durable, ces équipements doivent répondre à des critères techniques bien définis et variant en fonction de la nature du matériau en question. Ces critères sont exprimés sous forme de coefficient de transmission thermique ou UW. Cette valeur est calculée de manière à mettre en place des dimensions conventionnelles fixes. Les équipements d’isolation des parois vitrées doivent donc respecter le coefficient imposé et bénéficier ainsi d’une homologation de gamme et d’un marquage CE.

Les matériaux concernés

Les matériaux d’isolation de parois vitrées éligibles au nouveau crédit d’impôt développement durable sont nombreux. Il s’agit entre autres des portes-fenêtres et fenêtres PVC, soit composées intégralement ou partiellement de polychlorure de vinyle et présentant un coefficient de transmission de 1,4 W/m².K au maximum. En bois, ces équipements devront présenter un coefficient inférieur ou égal à 1,6 W/m².K. Concernant les vitrages à faible émissivité posés sur une menuiserie déjà existante, le coefficient doit être inférieur ou égal à 1,5.


Laissez-nous un commentaire!

Aucun commentaire … Lisez-nous et suivez-nous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *