Financer un projet immobilier : les différentes possibilités

immobilier

La pierre demeure une valeur sûre, et ce, malgré la tension qui sévit actuellement en Europe et en particulier en France. Primo ascendant ou investisseur classique, voire simples particuliers voulant réduire leur participation fiscale se ruent vers les différents biens et possibilités d’investissement immobilier : SCPI, résidence de luxe, appartement en vue d’une location, locaux professionnels, etc. À chacun sa manière de rentabiliser son investissement.

Mais dans tous les cas, une question reste posée : avec l’augmentation du prix du m2, comment peut-on financer un investissement immobilier ? Voici quelques alternatives pour ce faire.

Le crédit immobilier : pourquoi est-ce si tendance actuellement ?

Le crédit immobilier est la nouvelle tendance du moment pour réaliser rapidement son projet d’investissement. Le rapport des Français avec les emprunts a grandement changé depuis quelques années. Le nombre d’emprunteurs augmente. Et contrairement aux idées reçues, ils ne s’adressent pas uniquement aux banques françaises.

  • Les avantages du crédit immobilier

Le crédit immobilier présente énormément d’avantages dont justement la rapidité. Avec cette prestation bancaire, vous pouvez avoir en 14 jours le financement nécessaire pour acheter un bien. Vous aurez droit à un capital de 75 000 euros, échelonné sur 20 ans en moyenne.

Les banques proposent des crédits plus spécifiques pour certains nombres d’emprunteurs. Par exemple, ceux qui achètent une résidence principale pour la première fois peuvent prétendre à un crédit primo ascendant. Les plus de 60 ans, qui souhaitent réaliser un projet immobilier, peuvent compter sur le crédit sénior. Les démarches pour accéder à ces services bancaires sont plus faciles.

Les crédits immobiliers ont le vent en poupe parce que depuis peu le taux baisse considérablement. Le taux stagne dans les 1 % environ. Tout dépend aussi de la durée de remboursement, le capital emprunté et la qualité du profil de l’emprunteur. Si vous présentez de bonnes garanties de remboursement, vous devriez pouvoir négocier un TAEG moindre.

À l’approche de la fin de l’année, les banques sont encore en concurrence pour remplir leurs quotas de chiffres d’affaires annuelles. Elles n’ont donc pas encore durci les conditions d’éligibilité à un prêt. L’accès à leur prestation est assez simple, notamment si vous vous faites accompagner par un courtier.

  • On peut réduire les risques de surendettement

Auparavant, les particuliers avaient surtout peur de l’endettement et des complications qu’il engendre. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Il existe des manières simples et efficaces pour limiter les risques.

Par exemple, avant de procéder à une demande de crédit, vous devez faire une simulation des offres. Cette démarche, 100 % gratuits et sans engagement, se fait en ligne. Il suffit de remplir un formulaire pour ce faire. Cela vous permet de trouver les conditions de remboursement idéal en fonction de vos besoins et vos possibilités de recouvrement.

Le TAEG d’un emprunt est fixé à partir du capital emprunté. En réduisant la somme à demander à la banque, vous impactez donc sur vos risques de surendettement. Un apport personnel, de l’ordre de 15 à 20 % du coût total du projet d’investissement, peut s’avérer ainsi utile. Ce dernier peut provenir d’un prêt personnel ou d’une épargne, voire de la vente de certains accessoires.

Enfin, quitte à pouvoir choisir votre assurance emprunteur, autant opter pour une couverture totale. Votre assureur devra prendre en charge les échéanciers en cas d’insolvabilité soudaine de votre part.

  • Un crédit à Bruxelles : pourquoi en passer par là ?

Outre les prestations bancaires françaises, sachez que les porteurs de projet immobilier dans l’hexagone peuvent aussi prétendre à un créditBruxelles. C’est la nouvelle tendance. Vous pouvez notamment y prétendre que vous soyez ou non un résident du pays et pour les projets immobiliers sur place ou en France.

Le principal avantage du crédit Bruxelles est le taux incroyablement bas. Selon les sondages, les conditions de souscriptions sont plus intéressantes dans ce pays qu’en France. Le capital peut varier selon vos besoins. Dans votre dossier d’inscription, vous devriez toujours présenter un justificatif d‘utilisation du capital : compromis ou promesse de vente en l’occurrence.

Faites appel à un courtier spécialisé pour garantir la réussite de votre demande de crédit Bruxelles. L’analyse de votre dossier sera gratuite et sans engagement.

Les prêts aidés : kézako ?

Pour le financement de certains projets immobiliers peuvent se faire via les prêts aidés. Le point.

  • Définition d’un prêt aidé

Le prêt aidé est un crédit spécifique qui s’adresse à une certaine catégorie d’emprunteur. Comme son nom l’indique, ces prêts immobiliers sont en partie financés par l’État. Ce qui évite aux emprunteurs de régler des taux d’intérêt dans leur emprunt.

  • Quels sont les différents types de prêt aidé ?

Il existe plusieurs types de prêt aidé qui peuvent vous aider à réaliser vos projets. Les experts les classent en deux catégories : le crédit principal et les prêts complémentaires.

  • Dans la gamme de prêts principaux, on compte le Prêt à l’Accession sociale et le Prêt conventionné. Ils s’adressent uniquement à ceux qui souhaitent investir dans une résidence principale. Ce peut être un projet de construction ou l’achat d’un bien clef en main. Il s’applique également pour le financement des travaux de rénovation d’une ancienne propriété.
  • Dans la gamme de crédits complémentaires, on a le PTZ, l’éco PTZ, le Prêt action Logement, etc. Ce sont des crédits dont les taux sont pris en charge par l’État. Ils sont plafonnés et sont soumis, cependant, à des conditions de ressources strictes. Pour être sûre d’être éligible, vous devez passer par les courtiers et les simulations gratuites disponibles sur les plateformes dédiées.
  • Les subventions proposées par les différents organismes privés ou publics peuvent également entrer dans la gamme de prêts aidés. Tel est le cas par exemple de l’aide financière de l’ANAH pour la remise en état d’une résidence dans le but d’y accueillir une personne à mobilité réduite.
  • Des aides cumulables

Pour information, les prêts aidés, principaux ou complémentaires sont cumulables. Ils ne financent après tout chacun que 40 % des dépenses en moyenne. Pour disposer de tout le capital nécessaire pour l’achat, la construction ou la rénovation d’un bien, vous devriez prétendre à plusieurs d’entre eux.


Laissez-nous un commentaire!

Aucun commentaire … Lisez-nous et suivez-nous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *