L’ABC de l’installation septique, partie 2 – les types de traitements

Une fois votre test de sol en main, on vous proposera trois grandes catégories de systèmes. Le professionnel  ayant exécuté le test est tenu d’indiquer toutes les possibilités envisageables pour votre terrain selon le type de traitement retenu, la perméabilité de votre sol et la configuration de votre terrain.

Secondaire : Un traitement secondaire comprend une fosse septique et un élément épurateur, tel que le classique champ d’épuration. Le champ d’épuration est un réseau de tuyau perforé sur un lit de gravier dans lequel l’effluent clarifié circule pour ensuite être infiltré dans le sol. L’ingénieur ou le technologue déterminera la taille de la fosse septique et du champ d’épuration en fonction du nombre de chambres de votre demeure ainsi que du niveau de perméabilité du sol.

Source de la photo: HG Environnement – ECOBOX

Secondaire avancé : cinq technologies sont certifiées « secondaire avancé » par le Bureau de Normalisation du Québec. HG Environnement en détient deux, soit Ecobox et Ecophyltre.  Afin d’obtenir cette certification, tous les systèmes doivent rencontrer les mêmes normes, plus élevées que celles du traitement secondaire. La filière de traitement peut prendre plusieurs formes, dans la mesure où les performances épuratoires sont respectées. Toutefois, il s’agit généralement d’une fosse septique, de la technologie secondaire avancée et d’un champ de polissage. Dans certaines conditions, un rejet en surface (sans infiltration dans le sol) sera permis selon la réglementation en vigueur. Quelle est la différence entre un champ d’épuration et un champ de polissage ? Un champ d’épuration participe au traitement de l’eau alors qu’un champ de polissage reçoit une eau déjà traitée ce qui fait en sorte que le serpentin de tuyau perforé peut être jusqu’à deux fois plus petit étant donné qu’il  ne servira qu’à infiltrer l’eau dans le sol. On optera pour un traitement secondaire avancé lorsque les conditions de sol sont plus difficiles, lorsque l’aménagement du terrain ne permet pas une installation secondaire par manque d’espace, ou tout simplement lorsque les normes de rejet sont plus élevées, ce qui est souvent le cas pour les résidences en bordure d’un cours d’eau.

Source de la photo: HG Environnement – ECOPHYLTRE

Tertiaire (désinfection) : trois technologies sont certifiées « tertiaire » par le Bureau de Normalisation du Québec. HG Environnement en détient une, soit Ecophyltre avec massif filtrant de désinfection.  Comme dans le cas d’un traitement secondaire avancé, des normes strictes sont à respecter afin d’obtenir la certification. Les trois technologies certifiées tertiaire sont des technologies secondaires avancées ayant un équipement additionnel. Le traitement tertiaire sera préconisé en présence d’un sol imperméable ou en bordure d’un cours d’eau sensible puisque l’eau qui ressort de ces systèmes rencontre les normes de baignade en ce qui a trait aux coliformes fécaux. L’eau usée à la sortie d’un système tertiaire peut être rejetée dans un fossé ou un cours d’eau selon la réglementation en vigueur.

En résumé, de façon générale, si votre étude de sol démontre un sol perméable et que vos conditions de terrain le permettent, on vous recommandera un traitement secondaire. Si l’espace est restreint sur votre terrain, ou que vous êtes près d’un cours d’eau, on vous recommandera fort probablement un traitement secondaire avancé. Dans le cas d’un sol peu perméable ou imperméable, ou de la présence d’un cours d’eau sensible, vous devrez sûrement opter pour un système tertiaire. Le choix de la catégorie de traitement vous sera imposé par l’ingénieur et le technologue, mais il n’en tient qu’à vous de faire le choix de la technologie que vous souhaitez dans le cas d’un traitement secondaire avancé ou tertiaire.


Laissez-nous un commentaire!

4 commentaires … Lisez-nous et suivez-nous

  1. Ping : Les 10 commandements de l’installation septique | L'habitation complète sous le même TOIT partout au Québec

  2. marc-andre gauthier

    bonjour jaimerais savoir si je peut metre un cabanon sur mon champ de polissage. je cest que sur un champ depuration on ne peut pas mais peut etre un champ de polissage. merci

    1. Michelle

      Bonjour Marc-André, la meilleure façon de valider si vous pouvez procéder avec votre installation de cabanon est de contacter votre ville. Chaque municipalité a ses propres règlements concernant le zonage et vous serez certain d’être en règle par la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *